Dialogue existentiel 5: la beauté est-elle un atout?

la beauté est-elle un atout?

Socrates: mesdames Baies Bleues, vous qui êtes si jolies,  la beauté est-elle un atout pour vous?

Emily: détrompez-vous, monsieur Bâton, c’est surtout un fardeau qui nous éloigne de notre état naturel.

Socrates :  je ne vous comprends pas. N’êtes-vous pas belles à votre état naturel ?

Emily : la beauté est un jugement de valeur introduit par autrui; il nous enferme dans une définition réductrice. Il introduit aussi des différences, des comparaisons, des hiérarchies. En vérité, à notre état naturel, nous sommes comme tous les autres vivants, destinées à nous reproduire et à prospérer. Mais parce qu’on nous pense jolies et que nous l’avons pensé un jour, nous avons perdu notre innocence.

Socrates : vous voulez dire que la beauté est un piège qui éloigne de la vérité en promettant une satisfaction éphémère ?

Emily :  oui, c’est cela. Or nous nous sommes rendues compte qu’il ne servait à rien d’être jolies si ceux pour qui nous nous étions préparés ne voulaient pas de nous.

Socrates: que voulez-vous dire, ne voulaient pas de vous? Qui pourrait ne pas vous admirer et vous désirer?

Emily: les oiseaux, cher Socrates, les oiseaux qui nous ont ignoré. Tout le printemps et tout l’été nous nous sommes préparées pour eux, nous avons évité les parasites et la grêle et les coups du sort afin d’arriver à ce bleu luisant qui nous va si bien sur le fond jaune des feuilles, mais ils ne sont pas venus vers nous. Ils sont passés là-haut dans le ciel sans même nous regarder. Nous avons perdu notre temps à nous faire belles et nous avons aussi perdu ce qui à l’intérieur de nous faisait notre attrait principal.

Socrates : votre saveur particulière, c’est ça? Les oiseaux ont donc vu une apparence qui ne les satisfaisait pas alors qu’ils recherchaient uniquement ce qui était caché derrière la beauté ?

Emily : sans doute, comment expliquer autrement leur attitude? Nous avions pensé que notre beauté serait un signe pour mieux les attirer mais elle leur a donné une fausse impression de nous.

Socrates: ils sont donc finalement passés à côté de l’essentiel qu’ils cherchaient. N’y a-t-il rien que vous puissiez faire?

Emily: il y a longtemps, nous savions les appeler dans leur langue mais quand Niccolo a déclenché la chute, la parole nous a été ôtée. Depuis, nous n’avons plus que les couleurs pour nous faire désirer mais nous voyons bien maintenant que cela ne nous représente pas correctement.

Socrates: pourtant, je vous cueillerais volontiers pour égayer ma maison alors ce n’est pas tout à fait exact de dire que la beauté n’est pas un atout. C’est une qualité que chacun recherche et qui attire. Vous ne désireriez sans doute pas être laides même si vous ne plaisez pas à tous…

Emily: oui, c’est certain, mais n’y a-t-il pas une alternative qui permettrait à chacun de mieux vivre?

Socrates: passer inaperçues? Cela ne vous a pas plu alors que proposez-vous d’autre? Comme la beauté est un jugement de l’esprit qui permet de faire des choix et d’établir des catégories, on ne peut pas s’en passer. Vous savez cependant que vous n’ êtes pas belles absolument car tout le monde ne vous remarque pas. De plus, vous perdrez votre lustre petit à petit. En attendant, quand je vous vois, je sais mieux ce que j’aime.

Emily: Socrates, nous ne savons pas si nous devons nous offusquer de votre discours ou vous remercier de votre franchise. Croyez-vous que c’est pour nous une consolation de savoir que nous allons devenir ternes? Ou que nous sommes juste une étape vers la recherche d’une idée pure. Que reste-t-il alors de nous en tant qu’être?

Socrates: vous êtes comme chacun de nous, condamnées à être ce que vous êtes. Cela vous assigne une place et un rôle. Cette place et ce rôle sont relatifs car vous pourriez ne pas être et vous n’existez pas pour la plupart des créatures de ce monde; celles qui ont d’autres objectifs, d’autres envies, d’autres préférences. Il vous faut donc tirer le meilleur parti de votre situation et vous réjouir que certains comme moi vous trouvent belles.

Emily: tu veux dire que notre beauté n’ est pas une caractéristique miracle qui nous apporterait tout ce que nous voulons et nous ferait uniques? Nous le savons et c’est ce qui nous fâche mais si tu nous emportes, alors nous pourrons coloniser de nouvelles terres et c’est ce que nous voulons avant tout.

Socrates: vous voyez, finalement, vous vous adaptez aux circonstances et je dis merci à ces oiseaux qui vous ont délaissés; ils font mon bonheur.

Emily: notre beauté n’était donc pas inutile même si elle n’a pas agi comme nous l’imaginions.

Socrates: c’ est cela, elle reste un atout qui vous apporte des opportunités mais elle n’ agit pas sur tout le monde et n’est pas universellement reconnue.

Emily: serait-elle donc aussi une occasion d’humilité plutôt qu’un fardeau?

Socrates: c’est possible mais je ne suis pas sûr que l’humilité ne soit pas encore une de vos ruses pour séduire !


Envie de réflexion un peu plus poussée? Voyez, par exemple, Le discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes où Rousseau explique comment la société corrompt l’individu.

Envie de contribuer à l’amélioration de ces dialogues? Ecrivez-vos commentaires et questions ci-dessous.

Envie d’en savoir plus sur les goûts de Socrates et Emily? Leur livres préférés sont dans la bibliothèque du domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *