avec animaux, plantes et autres créatures sauvages
 
Dialogue existentiel 34: comment aider autrui au mieux?

Dialogue existentiel 34: comment aider autrui au mieux?

(share-partage)
Comment aider autrui au mieux ?

Comment aider autrui au mieux? Le départ d’Aurelius

Un dialogue entre Aurelius l’ange et Charmide et Mickael, les daims. Aurelius se veut le gardien de la pensée judéo-chrétienne classique tout en restant attentif et compatissant. Charmide et Mickael préférent fuir que se battre. Charmide pense que la tempérance est la meilleure règle de vie; Mickael se méfie du pouvoir qui cherche toujours à asservir.

Charmide: tiens, voila Aurelius!

Mickael: je me demande ce qu’il va nous dire…

Aurelius: chers amis, bonjour, comment allez-vous?

Charmide: très bien, Aurelius, mais vous êtes bien formel tout à coup, que se passe-t-il?

Mickael: et vos ailes semblent toutes fripées!

Aurelius: j’ai demandé à Dieu de me rappeler près de lui.

Charmide: mais vous êtes immortel, à quoi bon ?!

Mickael: vous voulez nous quitter?

Aurelius: après tout ce que j’ai appris ces derniers temps, je crois que Luce avait raison, j’aurais du aller plus souvent aux réunions divines. Il faut comprendre l’actualité du monde et connaître les autres pour les aider au mieux. Je me suis laissé aller, maintenant, j’ai besoin d’une remise à niveau alors j’ai demandé un stage.

Charmide: mais qui va s’occuper du domaine?

Mickael: vous allez nous manquer.

Aurelius: Dieu enverra un remplaçant.

Charmide: un remplaçant, ce n’est pas possible! Sera-il aussi tempérant et bienveillant que vous, aussi calme et discret? Ce sont des qualités rares que vous avez là et qui vous rendent unique.

Mickael: et puis vous n’utilisez jamais vos connaissances pour nous dominer. C’est précieux.

Aurelius: vous me flattez mais j’ai cependant failli à ma tâche par vanité ou aveuglément et je ne peux pas continuer ainsi.

Charmide: ce qui nous étonne quand même,  c’est que vous soyez venu nous l’annoncer…

Mickael: nous ne sommes pas vraiment vos meilleurs sujets.

Aurelius: eh bien, en réalité, je venais vérifier si ce qu’Ecureuille m’a dit à votre propos était bien vrai.

Charmide: que nous sommes gays?

Mickael: eh bien c’est vrai et ça fait du bien de pouvoir le dire.

Aurelius: votre aveu me prouve bien que je ne voyais plus les choses comme elles sont et que je ne savais plus les gérer. Sans doute à cause de mes idées passéistes.

Charmide: allons Aurelius, ne vous culpabilisez pas. Vous êtes bon et honnête, la preuve, c’est que vous venez nous voir et nous confier vos remords. C’est aussi cela qui vous permet de savoir aider les autres; vous êtes attentifs à eux.

Mickael: vous vous êtes laissé un peu vivre sans vous préoccuper des évolutions de la société, c’est tout.

Aurelius: je pensais naïvement que les règles morales étaient immuables, ce qui leur donnait leur force de loi, et que donc que je n’avais plus rien à apprendre; j’ai eu tort et c’est bien pour cela que je dois faire un stage.

Charmide: vous resterez toujours une source de réflexion pour nous, Aurelius, même si nous ne vous écoutions pas toujours. Votre attitude générale vis à vis de l’existence est un modèle.

Mickael: une sorte de compas moral. C’est quand vous ne voulez pas nous aider que vous êtes le plus efficace car votre comportement nous inspire au lieu de nous rendre dépendant de vous. C’est d’ailleurs ainsi que l’aide devrait être comprise: proposer un modèle sans l’imposer. Montrer ce qu’est la sagesse.

Aurelius: ne vous méprenez pas, le seul vrai sage est celui qui aime Dieu et je me suis un peu trop aimé moi-même ces derniers temps, au point de me croire omniscient.

Charmide: vous êtes trop critique envers vous car votre bienveillance ne vous a jamais quitté même quand ce que vous disiez ne nous convenait pas. D’ailleurs, nous voulons encore en profiter et nous avons quelque chose à vous demander puisque vous êtes là et que vous en savez bien plus que nous sur les choses du monde.

Mickael: nous voulons fonder une famille et nous aimerions adopter.

Aurelius: vous me testez !

Charmide: pas du tout, nous nous demandions juste si vous auriez entendu parler de faons orphelins.

Mickael: car comme vous l’imaginez, nous n’avons guère le moyen de nous reproduire!

Aurelius: la famille et l’adoption, ce sont deux domaines où j’ai toujours aimé intervenir; ça rend mes ouailles heureuses et ça suit les commandements divins mais dans votre cas, je préférerais consulter Dieu avant.

Charmide: mais vous avez bien une idée quand même?

Mickael: allez, Aurelius, aidez-nous avant de partir…

Aurelius: je sais que dans le domaine de chasse, il arrive parfois qu’une biche soit tuée et que ses petits restent seuls mais je ne peux rien promettre et je ne vous ai rien dit. Si vous voulez aller voir, choisissez bien votre jour pour ne pas être vous-mêmes le gibier.

Charmide: Aurelius, vous nous sauvez!

Mickael: et c’est sûr que ce que vous venez de nous dire comptera comme point favorable pour vous quand vous arriverez près de Dieu.

Aurelius: on verra, mes amis, on verra. Je ne suis pas certain que vous soyez de bon juges en la matière mais en tout cas, bonne chance à vous.

Charmide: merci et bonne chance à vous aussi.

Mickael: envoyez-nous des visions  de temps en temps pour que nous sachions comment vous allez!


Analyse

Peut-on aider autrui si on ne le connaît pas?

Pour Aurelius, il semblait que c’était possible au nom de principes universaux mais il se rend compte qu’en agissant ainsi, il fait des erreurs de jugement car le général ne concerne pas toujours le particulier.

Pour Charmide,  la bienveillance est ce qui permet d’être ouvert aux autres et donc de savoir comment les aider. Pour Mickael, l’aide porte en elle la possibilité de domination car elle rend redevable. Il faut donc qu’elle suggère un modèle tout en laissant autrui libre de ses choix.

Discussions possibles

Est-ce un devoir moral que de se tenir au courant des choses du monde?

Pourquoi la temperance est-elle considérée comme une vertu cardinale?

Pour finir

Envie de réflexion un peu plus poussée? Voyez, par exemple, Charmide où Platon essaie de définir la tempérance -principalement par ce qu’elle n’est pas.

Envie de contribuer à ces dialogues? Ecrivez-vos commentaires et questions ci-dessous.

Envie d’en savoir plus sur les goûts d’Aurelius, Charmide et Mickael? Leur livres préférés sont dans la bibliothèque du domaine.

(share-partage)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Content available on request - Contenu disponible sur demande.